mercredi 16 mai 2012

Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route? Pourquoi ce pourquoi?

L'autre nuit je n'ai pas dormi à cause d'un poulet...
Il va falloir que j'arrête de naviguer sur internet, ça me dézingue le ciboulot tout ça et après je passe ma nuit à cogiter sur des problèmes métaphysiques qui ne trouveront pas de réponses, la preuve, après une nuit passée à réfléchir à "Pourquoi le poulet à traversé la route?"  à cause de la-philosophie.com

Le sommeil qui a suivi cette insomnie à propos d'un poulet a été agité comme vous pouvez l'imaginer. C'était sanglant. J'en ai encore des frissons. Je marchais le long d'une route déserte, genre Route 66 comme dans les films américains, dans une pénombre dont je ne savait si elle présageait  l'aube ou le crépuscule. Je marchais seule sans que la situation onirique ne me pose aucun problème. La première chose que je me suis demandé en me réveillant c'est "Bordel! Qu'est-ce que je fichais là!". C'est con un rêve, mais je devais m'être encore une fois pommée ou mon GPS devait être HS, ou que sais-je encore?
Je marchais, sans but apparent lorsque je vis un poulet sur le bord de la route. Sans regarder il traversa et "Pafff! Le poulet"... Une voiture venait passer, et au lieu de lever mon pouce pour quémander une place au chaud et m'assurer d'arriver en quelque part dans ce fichu rêve qui n'avait ni queue (déjà bien louche, s'il avait été érotique ce rêve, j'aurais gagné ma place en HP)  ni tête. Je me demandais alors "Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route?", sur une petite musique bien mélo, la pluie se mit à tomber, et alors que je me mettais à chouiner comme une cruche en prenant la chose écrabouillée et ensanglantée dans mes mains, j'adressais cette question absurde au ciel ténébreux qui semblait pisser sur ma tête. "Pourquoi?". Le sang que la pluie lavait se diluait comme du pastel sur le sol et regardait l'oeuvre du chauffard mystérieux, la chose était assez belle et finement arrangée. La tripaille nausébonde collée au sol avait été artistiquement par le hasard et rendait plus malheureux un ready-made offert lors d'épousailles.

L'esprit des nuées entendit mes pleurs et m'envoya ses émissaires pour répondre à ma question:

Baudelaire: Ce pataud poulet, prince des nuées poulaillers était incompris du bourgeois qui conduisait la voiture.
Oscar Wilde: Le poulet est tout à fait inutile. (pour reprendre le comm' de philocours)
Théophile Gautier: A présent inutile le poulet est devenu Beau, c'est donc de l'art.
Duchamp: Mais c'est pas son inutilité qui fait que ce soit de l'art! C'est que Mélie en le regardant trouve un intérêt esthétique aux arrangements hasardeux de ses tripailles sur le sol.
T.G: Casse toi pov' con!
B.: Nico! Sort du corps de Théophile!
D.: Laisse Charlie! Depuis que Nico a épousé sa Carlotta, Théo nous fait un dédoublement de personnalité.
TG: C'est pas ça! Il me fait rire avec son chiote...
D: LA FONTAINE!
Gad Elmaleh: Where is Brian the chicken?
Cyril Lignac: The Chikeneuh is in the kitscheune! Ou du moins il le sera s'il est pas trop esquinté! Avec une bonne petite sauce simple et facile...
Maïté: Meeeuh non! Une gousse d'ail dans le c*** de la volaille et au four Th7!
Bob Marley: Quoi?! Du THC?
Docteur Michel Cymès: Une gousse d'ail dans le c***... HAHAHA! Par contre Boby, je pense qu'il est question de cuisine et de thermostat, pas de Tétrahydrocannabinol, mais si t'en as, fait tourner à Nicole de Marseille...
Moi: Sauf que ça m'avance pas plus, pourquoi il a traversé ce put*** de poulet!

Après m'être réveillée ce matin, au lieu de me demander pourquoi le poulet avait traversé, je me suis demandé pourquoi cette question? Je pensais pas que rechercher quoi que ce soit là-dessus me conduirait si loin car finalement cette question n'est pas si anodine.

J'ai d'abord appris un nouveau mot :"mème". Car cette question est ce que l'on appelle un mème. Mon Petit Robert et Antidote sur mon pc ne connaissent pas ce mot, grosse fainéante que je suis, je n'avais pas envie d'aller péter à Delphe consulter l'oracle, alors je me suis tournée vers Google...

Le 1er mai dernier, le journal Le Monde publiait sur son site un article de Damien Leloup sur "Le mème, ou l'art du détournement humoristique sur Internet". Et voici que j'y trouve la fameuse définition mystère:

"Le mot, inspiré du grec ancien, a été inventé par le biologiste et spécialiste du comportement animal Richard Dawkins dans les années 1970. Dans son livre, The Selfish Gene, Dawkins postule que, tout comme les gènes transmettent des caractéristiques biologiques, il existe des éléments culturels qui se transmettent d'une personne à l'autre et sont, là encore comme les gènes, soumis à des mutations.
La définition de Dawkins est large, et peut s'appliquer à presque toutes les productions de l'esprit humain. Avec le développement du Web, le mot acquiert un sens plus restreint dans le langage courant : celui d'un objet culturel, le plus souvent humoristique, qui se diffuse très vite au sein d'une communauté en ligne, chacun des membres de cette communauté pouvant se réapproprier l'objet et en créer sa propre version."

Le sujet commence à devenir intéressant et avant de chercher qui a bien pu "pondre" en premier cette question, je continue à naviguer pour en savoir un peu plus sur ce phénomène. Finalement le mème est un buzz, un objet que les internautes vont s'approprier et qui vont bien souvent être détournés. Des "Chuck Norris Facts" au Keyboard Cats, on en a tous vus ou entendus parlé.

Le buzz sur internet est pourtant, quelques rares cas mis à part, synonyme d'existence éphémère, mais quand on regarde l'historique de cette question banale sur le net, on se rend compte que depuis les débuts du world wild web (l'histoire de sa naissance au CERN de Genève se trouve sur Commentçamarche ici) cette petite question a sommes toutes fait son bonhomme de chemin et lorsqu'on la pose à Google, il a plein de réponses à nous fournir.

Il semblerait que cette petite question hante depuis longtemps la toile comme les investigations menées dans roumazeilles.net le prouvent et où on apprend qu'en 1993 on trouve la question. Mais la petite question de prime abord fantoche n'a pas attendu que la toile se tisse pour faire parler d'elle et s'il faudra attendre le 21ème siècle pour qu'elle se propage sur les réseaux en français, dès la fin du 19ème il semble que les interrogations à propos de ce poulet existent déjà comme ils le disent sur Wikipédia. Mais comme je n'ai qu'une confiance modéré en Wikipédia dès que j'irais à la BU ou à la médiathèque je mènerai de plus amples recherches pour vérifier si ce mème trouve effectivement ses origines dans un journal américain du 19ème siècle : en 1847 dans le Knickerbocker, (un journal de New York) ou en 1892 dans le Potter's American Mouthly comme j'ai pu le lire sur certains forum comme ici. Je vais visionner les films L'odyssée de l'African Queen  et Drôle de frimousse pour essayer de repérer s'il est vraiment fait mention de ce fameux poulet...

En attendant d'avoir sous les yeux les origines indéniables de cette blague, je vais me contenter de ça. Si quelqu'un peut apporter à la "Feignââââsseuh" que je suis les preuves tangibles et de plus amples informations sur le sujet, je suis preneuse!  
Enregistrer un commentaire