jeudi 24 mai 2012

Femme ! Femme ! Femme !



Révisions du jour bonjour ! Aujourd’hui je me suis penchée sur la place de la femme dans la littérature. Quand on me connait, on se demande qu’est-ce qui peut bien me pousser à faire des recherches sur la place de la femme dans la littérature, moi qui suis effectivement un être humain qui est censé appartenir au genre féminin, mais qui n’en a jamais eu ni les formes, ni les atours, ni les attitudes. C’est peut-être parce que la femme m’intrigue autant que ce que l’homme m’intrigue et que j’aimerais un jour être comme ces héroïnes rencontrés dans les livres, comme ces femmes célèbres qui ont marqué l’histoire, comme ces femmes de la vie de tous les jours qui éclaboussent de leur beauté les passants et font se retourner sur elles les regards alors que je suis plutôt un gnome de l’ombre. Aujourd’hui j’assume pleinement mon statut de gnome asexué, beau surnom donné par une meilleure amie qui a l’œil et qui me colle autant à la peau que celui de lutin depuis mes années de collège. Bien que je m’accommode parfaitement de cet état de fait, je reste fascinée par la condition féminine dans la littérature et tant qu’on peut allier l’utile à l’agréable, j’ai orienté mes recherches et mes révisions du jour sur le sujet.

Avant de faire un petit topo de mes révisions du jour, je tiens à préciser une chose. Je ne suis pas féministe et suis même contre ce mouvement. Si je suis parfois choquée de la violence qu’on peut faire aux femmes, ce n’est pas une question de genre masculin ou féminin, c’est une question humaine. Je préfère travailler à être humaniste et récuser la violence faite à l’humanité en général. Et puis en toute sincérité, comme dans beaucoup d’idéaux, il faut avouer que certaines tombent dans l’extrémisme et l’extrémisme est une chose qui me fait peur de manière générale (oui, je sais que je vis un peu dans le monde des bisounours, mais j’assume ma mièvrerie et je clame haut et fort qu’il faut s’aimer tous les uns les autres sans condition !)

À défaut de vouloir être féministe, j’aurais aimé, donc être une femme, mais quelle femme alors ! Une des ses femmes qui hantent la littérature et les arts, une de ses femmes qu’on ne voit que dans les livres, une de ses femmes, si elles existent vraiment (mais pour ça faut demander à Fox, je suis sûre que la vérité est ailleurs…), qui marchent dans la rue et font vibrer tous les cœurs et attirent la convoitise de tous lorsqu’elles marchent dans la rue. Que neni, je ne serais jamais ainsi. Mais à défaut de l’être _ et j’ai presque voulu un certain temps me rabaisser à lire des magazines féminins sur lesquels on peut souvent voir apparaître les alléchantes recettes pour être des séductrices de compet’_ j’ai voulu faire quelques recherches sur la femme.

Si le sujet venait à vous intéresser, allez donc voir cette page, j’y ai déversé tout mon blabla sur le sujet.
Enregistrer un commentaire