mardi 9 août 2011

Petit portrait du petit lézard sympatoche.


Grande fan de films d'animation, à la sortie de Rango dans les salles j'ai fait comme toute chieuse que je suis mon caca nerveux. Comme il n'est pas toujours évident pour le Chéri d'Amour de combler les milliers de caprices de Mélie, celui-ci était malheureusement passé à la trape. Qu'à cela ne tienne, une personne que j'apprécie m'en a parlé lors d'une petite séance de tatouage et a réveillé la capricieuse envie de le voir et me voilà refaisant ma petite moue quémandeuse devant Mamour. Gentil comme tout, il se l'est procuré et, confortablement installé dans notre méga canapé hier soir, nous avons visionné la chose.
Je ne sais si c'est mon âme d'éternelle enfant qui y fait quelque chose, mais j'avoue sans honte que j'ai beaucoup aimé. Les critiques ne sont pas toujours élogieuses et l'amertume de certaines me laisse un peu sans voix . Pourtant, je le trouve très réussi. Me suis-je identifiée à cet avorton? Je ne sais pas. Mais le héro, incapable de se fondre dans la masse et qui par une force imaginative extrême en devient un héros un vrai me donne quand même un peu d'espoir quant à mon évolution personnelle future.
Se camoufler est un art pas une science dixit le petit reptile, et cela nous fait doucement réfléchir à la place que chacun a dans la société, comment l'acquérir et comment la garder. N'est pas artiste qui veut et, parfois, il vaut mieux être une tâche et même une belle tâche colorée au milieu de la grisaille environnante. Je dois même dire que l'estime que j'éprouve envers moi-même a été gentiment gonflé par notre petit troublion vert. Et si je ne devais trouver qu'un seul point positif à ce film c'est bien celui-là. Je suis heureuse d'être une tâche et me dis que c'est peut-être ce qui fais mon charme, pour quelqu'un pour qui il est difficile de trouver un charme quelconque ce n'est pas une mince trouvaille. Je le clame donc haut et fort, je suis une tâche et je suis fière de l'être!
Beaucoup ont jugé trop gros le pastiche et n'ont pas su voir que toute forme de parodie est une sorte d'hommage. Pour ma part j'ai grandement apprécié que la quête initiatique du héro use des ficelles tant connues du roman d'apprentissage et des topoï du western. Oui le scenario est assez banal, mais le travail graphique, les musiques et les plans sont pour certains tout bonnement extraordinaires. Le voyage au centre de la terre est magnifique, la bataille aérienne contre les taupes à été rondement menée, et la critique du monde comme il va est là bien posée sans pour autant dénoter.
Enfin, et je n'en dirai pas beaucoup plus, j'ai adoré les musiques qui m'ont toutes données envie de remuer mon popotin pour aller chevaucher avec notre ami fluo et reste bluffée par le travail graphique sur les personnages et les décors.

Enregistrer un commentaire